Téléchargements

La solution Hygie est disponible sur l’app store pour tablette et smartphone. Et prochainement disponible sur Android.
Hygie | Solution HACCP Hygie | Solution HACCP

Suivez nous

Nouvelle réglementation sur l’origine des viandes

Une nouvelle loi vient apporter plus de précisions aux consommateurs concernant les origines des viandes servies par les restaurateurs. Auparavant, s […]

Une nouvelle loi vient apporter plus de précisions aux consommateurs concernant les origines des viandes servies par les restaurateurs. Auparavant, seule l’origine de la viande bovine était obligatoirement mentionnée.


Opération transparence sur l’origine des viandes


Les consommateurs ont de plus en plus d’attentes sur l’origine des produits qu’ils consomment. La nouvelle loi va leur permettre de connaître l’origine de toutes les viandes servies par un établissement.

Parue au Journal officiel le 11 juin 2020, la loi rend obligatoire l’étiquetage de l’origine des viandes en restauration hors foyer. Toutes les viandes. L’origine de la viande de bœuf, d’ovin, de caprin et de la volaille devra être affichée dans tous les établissements en servant.

Il faut donc régulièrement consulter les étiquettes de vente de vos produits afin de renseigner l’origine des viandes qui peut être amenée à changer. Vous pouvez par exemple utiliser une ardoise et modifier les informations lorsque nécessaire.

Interdiction d’utiliser les mots « steak » et « saucisse » pour les produits végétaux 

Les dénominations animales sont désormais interdites concernant les produits végétaux. La proposition de loi a été définitivement adoptée le 27 Mai 2020 à l’Assemblée nationale.

Art. L. 412-10 « Les dénominations utilisées pour désigner des denrées alimentaires d’origine animale ne peuvent être utilisées pour décrire, commercialiser ou promouvoir des denrées alimentaires comportant des protéines végétales »

Il est donc interdit d’utiliser les mots steak, filet, saucisse, bacon, escalope… pour parler des denrées alimentaires d’origine végétale. 

Un décret indiquera les conditions d’application et la part de protéines végétales au-delà de laquelle cette dénomination ne sera pas possible.